Les banques françaises devront relever le défi de leur gouvernance en 2015

Par Myriam 0

rancAccablé par l’épuisant plan de l’Union bancaire, les questions de gouvernance d’entreprise seront de plus en plus évoquées en 2015.

Forcé par les événements, après l’affaire de l’amende importante versée aux Etats-Unis, BNP Paribas a commencé à partir de ce mois-ci, Jean Lemierre ayant remplacé Baudouin Prot à la présidence du groupe bancaire. Pressé par le régulateur européen, pour mieux organiser leur organisation ou parce que certains mandats de directeurs arrivent à leur fin, les autres institutions bancaires vont devoir à leur tour faire avancer leur gouvernance en 2015. Un chantier qui emploiera notamment les groupes mutualistes.

Crédit Agricole : le remplacement de Jean-Paul Chifflet se précipite

Jean-Paul Chifflet, directeur général de Crédit Agricole SA (Casa), va quitter son poste en mai prochain. Mais son remplacement est déjà engagé et elle devrait se hâter. C’est en effet dans les semaines à venir que le président de Casa, Jean-Marie Sander, va présenter les différentes candidats au conseil d’administration. Pour l’instant, Philippe Brassac, secrétaire général de la « Fédé » l’organisme politique qui représente les caisses régionales, est pressenti à ce poste, s’il prend la décision de se présenter.

Pour le Crédit Agricole, ce remplacement devrait être une introduction à un grand plan de réorganisation des directions au sein du groupe mutualiste. Entrevu depuis plusieurs années, ce projet vise à faire affermir les fonctions souveraines de la banque dans une structure captivée par les caisses régionales et non plus dans l’institution cotée, Crédit Agricole SA.

Crédit Mutuel : Michel Lucas prend du champ

En 2015, le patron du Crédit Mutuel va prendre du baissé par rapport à la gestion opérationnelle du groupe qu’il dirige depuis plusieurs années. Il a en effet quitté son poste mi-décembre de président de la Caisse fédérale de Crédit Mutuel (CFCM) et des postes de président et directeur général de la Banque fédérative du Crédit Mutuel (BFCM) et du CIC. Il reste cependant directeur de l’organe central du groupe et de l’imposante fédération de Crédit Mutuel Centre Est Europe.

La relève dans le groupe sera faite par Nicolas Théry, dernièrement porté à la présidence de CFCM de la BFCM et du CIC. Parmi ses premiers projets, celui-ci devra trouver une solution au conflit opposant son groupe à son cousin breton. Le Crédit Mutuel Arkéa veut en effet revoir la gestion de l’organe central de cette famille mutualiste.